Bovet Replique

Réplique à bas prix Où puis-je acheter Bovet Fleurier Amadeo Tourbillon squelette : ode aux arts décoratifs

By

on



Un verrou coulissant de type « répétition minute » libère quant à lui la lunette de fond qui pivote sur une charnière située à 6 heures. Cette opération permet de libérer le brin inférieur du bracelet. Dès lors, il est possible de déposer sa montre qui se mue ainsi en pendulette de table reposant sur la lunette de fond qui assure alors la fonction d’un support stable. Selon ses envies ou ses besoins l’utilisateur peut alors refixer le bracelet en ayant le choix d’afficher l’une ou l’autre des faces de la montre ou refermer la lunette de fond et venir fixer en lieu et place du brin supérieur du bracelet une chaîne qui transforme ainsi ce prestigieux objet en une élégante montre de poche. Hormis la très active contribution de Pininfarina au design de la montre, huit phrases emblématiques, reflétant chacune des décennies de la marque et écrites par Paolo Pininfarina, ont été gravées sur le pourtour de la carrure. L’opération de gravure est celle qui aura nécessité le plus de temps et de moyens à la fabrication de cette boîte afin que, malgré la taille, la lecture demeure possible distinctement à l’oeil nu. Le bracelet se compose quant à lui de deux types de caoutchouc dont les états de surface offrent un miroir aux finitions polies bloquées et sablées des pièces constitutives du mouvement, d’inserts en acier inox surmoulés permettant une intégration harmonieuse à la boîte et doublé d’un cuir de veau « touché alcantara » spécifiquement créé pour d’avantage de confort. Cinquante outils différents ont été nécessaires à sa fabrication. Touche finale à ce garde-temps, le cadran se compose d’un réhaut en laiton traité anthracite ainsi que d’une plaque en cristal de roche qui laisse apparaitre, outre l’ensemble du mouvement, l’aiguille de réserve de marche et le balancier parés précisément de la teinte même de bleu du logo de Pininfarina, que l’on retrouve par ailleurs sur la piqûre du somptueux écrin de cuir.
La marque de haute horlogerie Bovet, associée à la manufacture de haute horlogerie artisanale Dimier 1738 ont créé en partenariat avec le célèbre bureau de design italien Pininfarina, une montre de poche d’exception. Baptisée Tourbillon Ottanta, cette pièce modulable peut être portée en montre de poche, en montre de poignet recto et verso du boitier ou encore, être utilisée en pendulette de table. Bref, quatre montres pour le prix d’une ! Légitime fierté nationale, le design italien est reconnu et apprécié à travers le monde entier pour son élégance et son raffinement ultime. Le bureau Pininfarina célèbre cette année son quatre-vingtième anniversaire. Huit décennies au cours desquelles Pininfarina a jalonné son parcours de créations dont les formes aux lignes fluides ont contribué à définir un style et une esthétique moderne, sources de rêves et d’évasion pour de nombreuses générations. Des premières esquisses signées en 1930 au véritable empire qu’il est devenu aujourd’hui, le groupe turinois a vu sa renommée croître au fil de ses collaborations avec les univers automobile, nautique et aéronautique. Bien que n’ayant jamais cessé de diversifier ses activités, Pininfarina n’avait, cependant à ce jour, pas collaboré avec le monde de la belle horlogerie. Or, rien d’autre qu’un prestigieux garde-temps ne pouvait symboliser plus dignement un tel jubilé. Il fallait donc trouver parmi l’univers restreint des manufacturiers de haute horlogerie la marque dont l’histoire et l’identité étaient en adéquation avec le prestige de Pininfarina et qui soit capable de mener à bien ce projet complexe.

Bovet Fleurier Amadeo Tourbillon squelette
En étroite collaboration avec les designers de Pininfarina, les constructeurs du bureau d’études de Dimier 1738, ont développé un habillage et une « motorisation » qui se fondent en une entité unique et cohérente parvenant à relever le défi considérable de conférer à l’ensemble : lisibilité et profondeur et ceci même en dépit de l’extrême complexité du mouvement. Expert dans l’art de valoriser la matière et ses volumes, le bureau Pininfarina a suggéré d’utiliser la plus large palette possible de nuances de gris. L’emploi d’un traitement monochrome aurait eu pour conséquence d’aplatir les volumes et le choix de recourir à des couleurs différentes se serait révélé inesthétique. Pour parvenir au raffinement qui orne cette pièce, les ingénieurs et les artisans de Dilier 1738, ont eu recours à 56 échantillons de décorations et de traitements de tons de gris. Nombre d’entre eux ont été spécialement imaginés et développés pour l’occasion. Tous furent drastiquement testés afin de garantir des résultats techniques et esthétiques d’une durabilité inaltérable. Ultime détail, les surfaces situées de part et d’autre de la cage de tourbillon sont décorées de Clous de Paris circulaires bipolaires. Prouesse qui semblait jusqu’alors impossible à réaliser.L’habillage ,Les empreintes identitaires des deux maisons sont sublimées par l’habillage qui évoque conjointement les plus prestigieuses créations des deux « griffes ». La boîte est une version revisitée de la déjà célèbre Amadeo de Bovet Machine Payerne Replique proposée ici en titane et acier traité d’un revêtement DLC noir. Deux autres versions avec lunette et fond en or gris ou or rose sont également disponibles. Si cette boîte Amadeo ne souffre d’aucun compromis esthétique, elle n’en demeure pas moins un concentré de technicité. Ainsi, deux poussoirs, situés de part et d’autre de la bélière permettent d’extraire le brin supérieur du bracelet.

L’usage des platines trois-quarts laisse en soi déjà une importante quantité de lumière traverser la cage du tourbillon.

De ce fait, la densité mécanique, située dans la partie supérieure du mouvement n’en est qu’accrue, d’autant plus qu’on retrouve ici les deux traditionnels barillets qui fournissent l’énergie nécessaire à une réserve de marche de sept jours !

A la première vue du garde-temps on imagine les efforts qu’ont dus déployer les horlogers pour parvenir à un tel résultat sans faire trop de concessions en termes techniques.

Un raisonnement absolument légitime quand on connaît la fragilité et la délicatesse des mouvements squelettés et particulièrement de leur échappement.

Traditionnellement, les artisans graveurs reçoivent des jeux de ponts et platines squelettés et décorent -au mieux- leur surface en suivant les formes de la découpe. Mais Pascal Raffy, patron de Bovet et ses équipes ont réfléchi ce garde-temps autrement, « afin qu’il atteigne l’excellence esthétique sans que la fiabilité et les performances chronométriques ne soient diminuées » assure la marque dans son communiqué.

Le secret de cette réussite est d’avoir confié conjointement le dessin du squelettage aux horlogers –pour l’aspect technique- et aux artisans graveurs. En intégrant les contraintes techniques à leur recherche, ces derniers ont donné aux platines et aux ponts la forme de leurs découpes afin que celles-ci correspondent parfaitement aux fleurisannes qu’ils allaient ensuite graver sur la surface de chaque composant.

Les mouvements de Dimier 1738 (Manufacture de Haute Horlogerie Artisanale faisant partie intégrante de Bovet 1822) se caractérisent notamment par la mise en valeur des volumes. L’esthétique et la décoration des mouvements sont toujours pensées en trois dimensions. La découpe des composants, leurs gravures, les contrastes entre les différents états de surfaces soulignent la complexité du mécanisme et magnifient chaque détail.

Des heures d’observation ne suffisent pas à découvrir chaque subtilité, chaque détail ou chaque coup de génie. Comme celui de graver les platines sur leur deux faces par exemple. Idée simple en apparence et dont les bénéfices sont aussi évidents qu’époustouflants, mais qui complique encore le travail des artisans graveurs. Il est effectivement très risqué et délicat de graver la seconde face d’un pont ou d’une platine sans altérer les heures de minutie qui ont été nécessaires à la gravure de sa première face. « Malgré la sophistication de son squelettage et de sa décoration, le tourbillon Amadeo n’en demeure pas moins un garde-temps fiable, fonctionnel et précis pouvant être aisément porté au quotidien » précise encore la marque.

Cette montre affiche heures, minutes ainsi que sept jours de réserve de marche ; l’aiguille de secondes est portée par le pivot supérieur de la cage de tourbillon. Réversible et convertible, l’aiguillage inversé reprend heures et minutes sur des aiguilles excentrées de la deuxième face du garde-temps. Cet aiguillage inversé s’affiche sur le seul cadran que compte le tourbillon Amadeo. Il s’agit en fait d’un tour d’heure guilloché qui, dans la plus pure tradition des mouvements squelettes, est ouvert en son centre.

En plus de l’extraordinaire dextérité des artisans qui sont parvenus à « façonner » ce garde-temps sans la moindre concession technique, il est à relever que les spécialistes du bureau technique de la Manufacture Dimier 1738 sont brillement parvenus à éviter l’autre piège des mouvements squelettés qu’est sa lisibilité. Pour donner un repère suffisant, trois chiffres romains apparaissent appliqués à même le mouvement à 12h, 3h et 9h.

Selon la volonté du collectionneur, le mouvement reçoit un traitement doré ou rhodié. Seul le bleu des aiguilles, de la visserie ou de la serge du balancier contraste avec l’ensemble et lui donne ainsi une force graphique et une lisibilité exemplaire.

80 heures en 80 secondes,En hommage au 80ème anniversaire de Pininfarina, les constructeurs de DIMIER 1738, ont réalisé un tourbillon effectuant une révolution complète en exactement quatre-vingt secondes alors que traditionnellement celle-ci dure une minute. Pour y parvenir ceux-ci ont créé une intersection au niveau du rouage de finition. Au-delà de la roue de petite moyenne, le rouage se sépare en deux trains démultiplicatifs distincts : l’un alimentant la couronne des secondes qui fait un tour en trois minutes, l’autre, spécialement calculé transmet son énergie à la cage de tourbillon afin qu’elle effectue chacune de ses rotations en 80 secondes. « Une solution finalement aussi simple qu’ingénieuse » souligne la marque dans son communiqué. A noter encore que la serge du balancier a été dessinée en forme de « 8 » qui, centrée dans le cercle du balancier formant un « 0 », évoque, une fois encore, le 80ème anniversaire de Pininfarina. Le pivot supérieur de la cage de tourbillon porte une aiguille qui n’affiche évidemment pas les secondes mais parcourt huit segments, comme autant de décennies de l’histoire de Pininfarina en se reportant aux huit phrases emblématiques signées Pininfarina gravées sur le pourtour de la carrure. L’équilibrage de l’ensemble est garanti par une vis spéciale Pininfarina.La cage de tourbillon ne portant pas l’aiguille des 60 secondes, le choix s’est porté sur une solution inédite. Là encore, d’importantes recherches ont été conduites pour aboutir à une couronne concentrique à la cage de tourbillon. Cette dernière, mesurant 18mm de diamètre, aurait fourni une lecture périlleuse en tournant en une minute. Une vitesse excessive pour avoir le temps de lire confortablement les chiffres apparaissant dans le guichet.


La marque horlogère suisse Bovet présente une montre d’exception : la Bovet Récital 10 Tourbillon 7 jours. Deux séries limitées de 50 exemplaires (or rose ou or gris) dotées d’un boitier de 45 mm abritant un calibre mécanique à remontage manuel Tourbillon de sept jours de réserve de marche.La Bovet Récital 10 Tourbillon 7-jours fait partie de la collection Dimier, lancée par Bovet en 2006. Une collection qui rendait hommage à l’origine, aux hommes de cette manufacture… Le modèle Récital 10, lancé cette année par Pascal Raffy et ses équipes, vise à extraire « la quintessence » des modèles Récital 1 et Récital 0 et en opérer la fusion. Ainsi, le cadran, les aiguilles et les indications proviennent de Récital 1 alors que la cage du tourbillon et la forme, déjà emblématique, de ses ponts sont issus de Récital 0. Mais il faut observer le mouvement au travers du fond saphir pour découvrir que de cette fusion provient un nouveau développement à part entière… Les pointages des deux barillets et du rouage de finissage sont répartis entre deux ponts qui occupent une surface égale de la partie supérieure de la platine. Le dessin de l’un évoque le mouvement Récital 1 alors que le second rappelle Récital 0. Leurs contours respectifs forment deux ailes unies au centre du mouvement qui transportent littéralement le tourbillon, aérien, dans les cieux de l’élégance et du raffinement. Si, selon l’habitude des horlogers de Dimier 1738 (manufacture de Haute Horlogerie Artisanale appartenant à la marque Bovet 1822) chaque détail de chaque composant est décoré selon les critères esthétiques et qualitatifs propres à Bovet 1822, c’est la discrétion et la sobriété de ce tourbillon Récital 10 qui expriment le plus ses qualités.

Spécificités techniques de la montre Bovet Garage Replique Fleurier Amadéo Tourbillon squelette

C’est cette politique même qui a forgé la renommée et le succès de Yves Bovet Farvagny Replique et de Pininfarina qui sont fiers de lever aujourd’hui le voile sur le fruit de leur première collaboration : Le Tourbillon Ottanta. La conception et l’intégralité de la fabrication de ce nouveau calibre exclusif constitué de 514 composants ont été confiées à Dimier 1738. Il est habillé d’un boîtier convertible permettant de porter la montre au poignet en affichant l’une ou l’autre de ses deux faces, d’associer le boîtier à une chaîne en titane, dont le design lui-aussi exclusif, permet un usage en montre de poche ou de transformer la montre en pendulette de table. Tout cela est réalisable, par des manipulations très aisées au gré des besoins. Automatique,L’énergie nécessaire à alimenter les deux barillets de ce mouvement est fournie par un micro-rotor bidirectionnel excentré en platine. Ce choix préserve la transparence de la cage de tourbillon et ne vient jamais dissimuler celle-ci quelque soit la face de la montre que l’utilisateur souhaite afficher. Afin d’obtenir une inertie et un rendement optimal, un procédé de fabrication issu de longues recherches a été développé pour que le micro-rotor soit fabriqué en une seule pièce malgré des opérations aussi diverses que l’étampage, l’usinage ou la décoration. Aiguillage inversé ,En plus d’afficher traditionnellement heures et minutes, un aiguillage inversé portant une aiguille unique autorise une lecture des heures, des demis et des quarts sur l’autre face du mouvement. Rappelant l’aiguille unique des premières montres de poche créées il y 500 ans, un tel affichage trouve une légitimité inégalée dans le cas d’une montre réversible telle que celle-ci. Excentré à midi, ce dernier émerge de ce véritable paysage mécanique, qu’il surplombe au même niveau que le sommet du micro-rotor du système automatique.

Boitier : Amadeo convertible en or rouge ou or gris 18C
Diamètre : 45mm
Hauteur sur glaces : 14.30mm
Hauteur hors glaces : 11.40mm

Étanchéité : 30m

Fonctions : heures, minutes, seconde sur tourbillon, réserve de marche, aiguillage inversé

Calibre : 14BM02AI mécanique à remontage manuel
Fréquence : 21’600 A/h
Diamètre du mouvement : 16 ¾’’’
Diamètre cage : 13.50mm
Poids cage : 0.49gr
Tourbillon : 1 minute
Nombre de composants : 363

Réserve de marche : 7 jours

Bracelet alligator pleine peau avec boucle ardillon en or rouge 18C

Editions limitées de 50 pièces en or gris et 50 pièces en or rouge


Recommended for you

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *